Reprise des cours

Après les fêtes de fin d’année les cours ont repris aux horaires et lieux habituels et sont assurés tout au long de la semaine. Prochain stage à Paris les 14/15 mars, stage d’été en résidentiel dans le Loiret du 6 au 10 juillet. Les stages sont ouverts à tous, débutants ou non, élèves du club ou non.
Bonne année à tous les visiteurs!


Creuser la poitrine, étirer le dos

Le principe « creuser la poitrine, étirer le dos » est le moteur et le commencement de toute action, c’est le principe premier, rien ne peut se faire sans lui. La mobilité de la partie inférieure du sternum est due à la longueur des cartilages costaux qui s’y rattachent et aux muscles transverses du thorax. Le serpent étant la colonne vertébrale, sa tête se trouve au niveau du coeur; le serpent regarde (creuse la poitrine)  à droite pour aller à droite, regarde (creuse la poitrine) à gauche  pour aller à gauche. Le dos réagit en conséquence et s’ouvre et s’étire en fonction de ce qui se passe à l’avant. L’intention part du coeur, c’est celui-ci qui dirige et non pas l’intellect, la place est libre pour le calme.


Stage de tai chi chuan 30/11-1/12

prochain stage de tai chi chuan avec Philippe Gaillard le samedi 30 novembre et dimanche 1er décembre au 77 rue de Charonne. Stage tous niveaux et ouvert à tous.


Cours adapté aux enfants autistes et tous les autres

le mercredi 18 septembre au Centre Social dépendant de la CAF 4 rue d’Annam 75020 métro Gambetta, s’ouvre un cours de tai chi chuan et qi gong adapté aux enfants autistes mais pas que. Le cours est collectif, ouvert à tous les enfants de 10 à 14 ans avec un effectif total de 10/12 enfants au maximum. Il a lieu de 16h à 17h, cours d’essai gratuit, adhésion 25 euros sur place, prix 90, 120, 150 euros par trimestre suivant votre quotient familial.
Pour créer un moyen de communication
Sortir de son isolement
Prendre confiance en soi
Améliorer sa capacité de concentration
Prendre conscience de son corps
Et se faire plaisir


un coup d’épée dans l’eau

Un des concepts les plus importants du taoïsme, et de la philosophie chinoise dans son ensemble, est celui de wu wei, que l’on traduit le plus souvent par « non agir ». On trouve, dans le Tao Te King (le Livre de la Voie et de la Vertu, fondateur du taoïsme) l’expression « wei wu wei », agir sans agir. Cette idée est également fondamentale dans la pratique du taï chi en tant qu’art martial, mais elle n’est pas toujours facile à comprendre.

Comment se bat-on, traditionnellement, en Occident ? L’image la plus parlante, je trouve, est celle de deux épées qui se rencontrent lors d’un duel. Une épée frappe une autre, puis la frappe à nouveau, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’une des deux forces prenne le dessus ou contourne l’autre. En d’autres termes, la logique est toujours celle de l’affrontement, et se traduit par l’expression « la meilleure défense, c’est l’attaque ». Le combat occidental est un combat de la force, soit de la force musculaire, soit de la force des armes (ne parle-t-on pas de « force de frappe » ?)

L’éthique du wu wei, et donc du tai chi chuan, est sensiblement différent. Face au coup d’épée, il s’agit de devenir eau, et comme l’eau de ne pas agir, de se laisser porter par ce qui vient. Lorsqu’on donne un coup d’épée dans l’eau (encore une expression bien connue !), on échoue. Pourquoi ? Parce qu’on ne frappe jamais l’eau, qu’elle contourne et entoure qui veut la frapper. Pratiquer le tai chi chuan, c’est se rendre pareil à l’eau. Il ne s’agit pas d’esquive mais de dérobade.

Guillaume Cot


Fermer le menu